Isolant multicouche : guide pour débutant

Léger, flexible, désencombrant, d’épaisseur allant de 5 à 30 mm et facile à mettre en place, l’isolant mince est celle lui qui va vous séduire. En fait, l’isolant mince renvoie à un matériau ayant plusieurs couches qui permettent de réaliser une isolation thermique. Il est souvent utilisé sur les rampants des véhicules, des sols, ou encore des murs des maisons.

Il est également appelé Produit Mince Réfléchissant (PMR). Cependant, cet isolant ne doit être pris qu’en tant que complément pour isoler traditionnellement. De plus, sa mise en œuvre implique une rigueur dans l’optique d’optimiser ses performances.    

1. Éléments constitutifs de l’isolant mince

Il se compose de :

  • Des matériaux isolants à l’instar de la mousse souple, des feutres d’origine animale, végétale ou de synthèse, du polyéthylène à bulles;
  • Des multiples niveaux de feuilles d’aluminium ou encore de films plastiques en aluminium, qui entourent l’ensemble.

A titre de rappel, il faut savoir que les feuilles d’aluminium favorisent le rayonnement thermique lié à la chaleur de votre habitat.

2. Les performances de l’isolant mince

Le rendement de l’isolant mince est assez faible. Les niveaux d’isolants internes ne permettent pas de contrer les matières comme l’aluminium dans la mesure où c’est un conducteur et donc il est sensible aux variations de températures. En fonction de la nature des niveaux enveloppés,  les performances de l’isolant mince peuvent variées.

Néanmoins, avec la mise en œuvre d’une couche d’air au niveau de chaque côté de l’isolant, il a une résistance thermique de  2 K.m²/W. En outre, on note un très grand écart entre son seuil et les exigences de réglementation thermique de 2012. Dès lors, pour une meilleure rentabilité, il doit être associé à un complément d’isolant.

L’isolant mince procure donc une plus-value à l’isolant en ce sens qu’il maximise la performance et l’efficacité des différents matériaux traditionnels.

Cependant, du fait de son enveloppe aluminée et son potentiel réflecteur, cet isolant s’oppose bien face au rayonnement thermique. Il permet ainsi d’empêcher la chaleur d’entrer dans votre maison durant l’été et réciproquement d’en sortir durant l’hiver.

3. La mise en place d’un isolant mince

En raison de sa flexibilité et sa légèreté, il est d’effectuer la mise ne place de l’isolant mince. Un simple agrafage est suffisant pour sa mise en place.

Mais, il faut penser à la création d’un pont thermique. L’isolation mince fait de façon efficace dans l’optique de réduire au maximum les entrées d’air. On vous conseille donc de :

  • Il faut autoriser une lame d’air équivalente à 20 mm, sur les deux côtés de cet isolant mince ;
  • Il faut tendre l’isolant mince ;
  • Il faut agrafer sur les contours ;
  • Il faut faire appel à des bandes entre elles sur une distance de 50 à 100 mm ;
  • Il faut poser un adhésif au niveau des jonctions de l’isolant ;
  • Il faut préserver l’étanchéité en plaçant un liteau au niveau du contour de l’isolant.

Pour effectuer une installation de qualité, il ne faut pas hésiter à faire appel à un professionnel certifié « Reconnu Garant de l’Environnement » qui exercera vos travaux.

4. Les Avantages de l’isolant mince

Les avantages de l’isolant mince sont :

  • Le matériau léger et souple ;
  • Il résiste à l’humidité ;
  • Il résiste face aux rongeurs ;
  • Il est de très bonne étanchéité ;
  • Il n’impose pas la pose d’un pare vapeur ;
  • Il n’est pas toxique donc il n’y a aucun risque à se faire pour la santé ;
  • Il peut être utilisé en complément d’isolation.

5. Les inconvénients de l’isolant mince

Relativement aux limites de cet isolant, nous pouvons observer :

  • Il a une faible épaisseur ;
  • Il a de mauvaises performances phoniques ;
  • Il est très onéreux.

6. Le prix d’un isolant mince

Le frais d’acquisition d’un isolant mince varie en fonction de la marque adoptée. Il faudra faire une estimation comprise 5€ et 30€/m² en moyenne. Cependant, grâce aux aides financières, ce prix peut se voir compenser si et seulement si les conditions suivantes sont respectées :

  • C’est un professionnel certifié « Reconnu Garant de l’Environnement » qui doit réaliser vos travaux ;
  • L’isolant mince doit être mis en place en complément d’un isolant traditionnel.

7. L’installation proposée et mes besoins

Les combles entraînent une grande perte chaleur au sein des maisons. Quant aux toitures, elles toitures représentent environ 30 % des pertes de chaleur au sein des indépendants. Mais les déperditions de chaleur diffèrent de manière significative d’un habitat à un autre. Les besoins d’une maison doivent être à revoir car ces solutions ne sont pas forcément adéquates pour elle. Ainsi, il faut au préalable effectuer un bilan énergétique dans l’optique de voir l’état de l’isolation.

8. La qualité d’un isolant

L’interrogation sur la qualité des isolants est d’une importance capitale pour pouvoir faire le dit devis de l’isolation des combles. Ainsi vous devez au préalable prendre connaissance de la qualité des différents matériaux à utiliser en questionnant l’artisan sur la longévité de ces derniers et sur les autres isolants qu’il peut utiliser.

Plusieurs caractéristiques permettent d’évaluer la qualité d’un isolant telles que : la résistance thermique de l’isolant, sa longévité et son épaisseur. Cependant,le meilleur isolant du marché peut ne pas correspondre à votre maison. D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle pour la plupart des cas, l’air est considéré comme le meilleur isolant.

9. Le chantier témoin

Pour attester du niveau de performance du professionnel, le client peut apercevoir de lui-même. Ce dernier peut aller jusqu’à demander à l’entreprise de présenter ses différents chantiers témoin. Il peut s’agir des travaux effectués chez un particulier. La différence des finitions permet ainsi de faire la différence entre les différents professionnels.

Les vidéos sur les isolants multicouches

Tout savoir

Les sources de rédactions de cet article

Questions & Réponses

Comment choisir son isolant multicouche ?

De ce type d’isolant n’est recommandé que pour des travaux où l’épaisseur est une énorme contrainte. Si vous disposez de beaucoup plus d’espace il est préférable de se diriger vers des matériaux comme la laine de bois, la laine de verre ou encore de la ouate de cellulose.

Quel est l’isolant mince le plus performant ?

Hormis le polyuréthane, les restes des différents matériaux sont plus que convenables. Ils garantissent une excellente isolation de vos installations pour un faible espace disponible.

Quelle différence peut-on faire entre un isolant mince et un isolant épais?

Un isolant mince est moins épais que les modèles classiques et son épaisseur est comprise entre quelques millimètres à 3 centimètres. L’atout qui les rend unique est leur technologie dite multicouche. On parle d’un empilement de différentes couches de matériaux très fins.