L’entretien chauffe-eau : guide pour débutant

Lorsque vous optez pour un chauffe-eau solaire dans l’optique d’avoir de l’eau chaude sanitaire dans votre logement, il est important de prévoir son entretien complet.  A cet effet, contrairement aux panneaux photovoltaïques qui ont pour but de produire de l’électricité, un chauffe-eau solaire a en son sein plusieurs pièces mobiles. Pour lui garantir un bon fonctionnement et une durabilité, votre chauffe-eau solaire doit être révisé annuellement par un professionnel.

Comment ça marche ? Il est toujours primordial de connaître au mieux le fonctionnement de votre dispositif. A cet effet, le chauffe-eau solaire est un système qui offre à des foyers de l’eau chaude grâce à l’énergie (on parle d’énergie photovoltaïque) qui émane de la chaleur et la lumière qu’il capte du soleil.

L’énergie photovoltaïque va donc être captée par un fluide caloporteur qu’on retrouve généralement dans un tube sous les capteurs, qui va rejoindre le ballon d’eau chaude. C’est donc grâce à ce tube et son liquide chauffé, que l’eau sera chauffée et stockée à l’intérieur du ballon, pour pouvoir ensuite être utilisée selon vos besoins.

1. Fréquence d’entretien d’un chauffe-eau solaire

Il est important de garder à l’esprit qu’il n’est pas obligatoire d’effectuer un tel entretien, mais il vous sera toujours fortement recommandé de le faire.

L’entretien ne prend qu’environ 10 minutes, donc l’idéal serait de le réaliser en parallèle avec d’autres travaux d’entretien. Vous devrez prévoir entre 75 et 125 euros pour le coût.

Comme les chauffe-eaux solaires sont souvent associés à des chaudières de chauffage urbain au gaz ou au mazout, vous pouvez faire un contrôle de l’installation du chauffe-eau solaire en même temps que le contrôle obligatoire de l’installation du chauffage urbain (annuel pour le fioul, tous les deux ans pour le gaz). Si le chauffe-eau solaire est associé à une pompe à chaleur, le contrôle peut être effectué en même temps que le contrôle annuel obligatoire du circuit frigorifique de la pompe à chaleur.

2. Savoir quoi contrôler lors de l’entretien

Tout d’abord, assurez-vous que la plomberie et les accessoires de votre chauffe-eau de toit sont en bon état. De cette façon, vous éviterez d’éventuelles fuites et chutes. D’autre part, un nettoyage fréquent du capteur solaire doit être envisagé. Comme l’air est pollué, avec le temps, une couche de graisse peut se déposer dessus, ce qui entraînera une moindre captation des rayons solaires. Le capteur peut être nettoyé avec un simple jet d’eau. Aussi, vous devez dégager la végétation environnante pour éviter de cacher le capteur.

Il est fortement recommandé d’effectuer une première inspection plusieurs mois après la mise en service du chauffe-eau solaire. Ainsi, vous saurez si votre matériel fonctionne correctement. L’inspection visuelle est plus facile pour vous si votre installation comprend un système de contrôle et de régulation de la température.

Si votre installation ne comprend pas ce type de système, vous pouvez choisir de désactiver le chauffage d’appoint. Cela vous aidera à savoir si votre eau chaude provient d’un chauffe-eau ou d’un surchauffage. Dès lors, vous pourrez éviter d’éventuelles pannes afin de mieux utiliser votre chauffe-eau solaire.

Pour les systèmes sous pression (chauffe-eau avec eau glycolée installée), la qualité de l’antigel doit être vérifiée pour assurer une protection même à des températures de -25°C. En effectuant cette inspection régulièrement, les installateurs peuvent remplacer l’antigel en temps opportun. L’installateur assure alors une pression adéquate dans le système.

Pour éviter l’accumulation de calcaire dans le ballon de stockage, il est recommandé de le vider au maximum une fois par an et au minimum tous les cinq ans, selon la dureté de l’eau. Vous pouvez économiser jusqu’à 50 euros sur vos factures d’énergie. La qualité de l’anode doit également être vérifiée. Cela protège le réservoir de la corrosion. La plupart des unités sont équipées de voyants lumineux. S’il n’y a pas de voyant lumineux, l’installateur procédera à une inspection visuelle.

3. Savoir nettoyer les collecteurs solaires

Le collecteur lui-même n’a pas besoin de beaucoup d’entretien. Pour être sûr, vérifiez-le une fois par an pour éliminer toute accumulation de saleté ou formation de mousse. S’ils sont sales, ils peuvent être nettoyés à l’eau claire avec un chiffon, une éponge ou une brosse rétractable.

4. L’importance de faire appel à un professionnel RGE pour un contrat de maintenance

De nombreux professionnels proposent des contrats de maintenance lors de l’installation de chauffe-eau solaires. A noter qu’aucune loi ne vous oblige à entretenir le chauffage solaire. Néanmoins, une visite annuelle chez un professionnel RGE est recommandée, comme c’est le cas pour les inserts de cheminée ou les pompes à chaleur.

Vous pouvez donc choisir de souscrire à un contrat de maintenance annuel. Des professionnels RGE se déplaceront chez vous pour effectuer un entretien préventif (une check-list de points de contrôle pour s’assurer que votre machine est en parfait état de fonctionnement).

Vous trouverez certains niveaux de contrôle pour la maintenance de votre chauffe-eau solaire, on en distingue 4 notamment :

  • Le stockage : ici il sera question de contrôler le mitigeur thermostatique, la protection anticorrosion, etc.
  • La régulation : la maintenance à ce niveau sera de contrôler les seuils d’enclenchement, les paramètres de température etc.
  • Les capteurs et les tubes de chaufferie : à ce niveau le contrôle va être fait sur l’isolant, la recherche de fuite etc.
  • Les fluides : à ce niveau, il sera question d’effectuer des contrôles de la pression du circuit, de la pompe de circulation, du niveau des systèmes non pressurisés, du fluide solaire etc.

5. Vidéos sur l’entretien chauffe-eau

Les sources pour la rédaction de cet article

Questions & réponses

Qui doit effectuer l’entretien du chauffe-eau ?

Si vous êtes locataire dans une habitation, la charge de l’entretien du chauffe-eau vous incombe ainsi qu’une quelconque réparation pour une résidence principale mais pour un ballon d’eau chaude certains travaux sont à la charge du propriétaire.

À quel moment faire réviser son chauffe-eau ?

Une révision de son chauffe-eau sur le plan légal n’est en rien obligatoire, mais il est toutefois recommandé de la faire tous les deux ans pour lui assurer une grande longévité.

Quand détartrer son chauffe-eau électrique ?

Il est recommandé d’effecteur le détartrage du chauffe-eau tous les deux et s’assurer une seule fois de son bon fonctionnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.